acces
contact
Portes ouvertes
plan du site
telechargement

La maintenance industrielle en nivoculture, c’est :

Produire de la neige : une nécessité économique

canon a neigeLa neige artificielle est devenue un élément stratégique et indispensable à la bonne marche économique des stations d’hiver de moyenne montagne.
Sans cette matière première précieuse de nombreux investissements se verraient remis en cause (hôtels, locations, restauration, remontées mécaniques…) et les conséquences sur l’emploi s’en ferraient ressentir.

Utiliser des principes et les mettre en œuvre

La neige artificielle est produite en faisant appel, dans un ordre précis, aux différentes phases de transition d’état de la molécule d’eau : atomisation, nucléation, insémination, évaporation et convection. La synthèse du flocon de neige exige la maîtrise de différents paramètres : pression, débit et orientation du canon par rapport au vent. Mais cette synthèse complexe est surtout tributaire des conditions naturelles : température sèche (celle dont nous parlons usuellement), taux d'hygrométrie, pression, température de l'eau, ciel couvert ou non, température de l'air et conditions de vent.

La nivoculture requière une mise en œuvre délicate pour produire de la neige artificielle et exige une gestion et un entretien des réserves d’eau, grâce à des installations optimisées. De plus, elle nécessite une stratégie de maintenance du matériel allant des pompes, l’alimentation électrique et hydraulique, supervision automatisée jusqu’à la prise en charge des canons à neige (installation, réglages, adaptation de composants…).

Maintenir au fil des saisons

HIVER : De la maintenance corrective avec de forts enjeux économiques ; la production de neige est indispensable, et est garante de la renommée de la station et donc de la satisfaction des clients. Les techniciens en nivoculture ont donc pour mission de palier aux incidents de jour comme de nuit ; des astreintes sont en place et des dispositifs spéciaux liés à la sécurité sont mis en œuvre (protection du travailleur isolé notamment).

ETE : De la maintenance préventive sur un système technologique complet (hydraulique, électrique…). Un démontage systématique de tous les canons et d’une partie des abris (partie au pied du canon et raccordant celui-ci au réseau) est pratiqué pour éviter les impacts de foudre. Ensuite, il faut nettoyer les parties sensibles (l’eau utilisée pour fabriquer la neige provient de retenue d’eau et est donc parfois boueuse) et remplacer certaines pièces mécaniques défectueuses dans les salles des machines). Cette mobilisation estivale est nécessaire au bon déroulement de la production de la neige lorsque les conditions climatiques le permettent.

Respecter l’environnement

La culture de la neige, gourmande en eau, demande une attention particulière dans sa gestion tant lors de la réalisation des bassins de stockages et conduites colinéaires, que lors de la régulation du fluide sur le site. De plus l’ajout de bactéries, destinées à produire de la neige en dessous de 0°C, réclame une vigilance sur le choix des espèces, afin de ne pas porter tort au biotope et éviter tout risque de pollution.

FORMER DES NIVOCULTEURS

canon à neigeLes technologies de pointe, les enjeux économiques importants, et les coûts des matériels élevés sont des facteurs qui nécessitent des compétences reconnues et en perpétuelle évolution. C'est pour cela que les jeunes gens sélectionnés pour la formation nivoculteur à St Michel de Maurienne sont tous issus de bacs professionnels du domaine de la mécanique, de l’électrotechnique, de l’automatisme et font preuve d'une grande motivation. Leur année est rythmée par 14 semaines en centre de formation et 17 semaines sur les sites d'exploitation des stations de ski. Les thèmes étudiés sont variés (eau, neige, mécanique des fluides, sécurité, technique de la fabrication de la neige, etc.) et parfaitement en adéquation avec la réalité du terrain.

           La formation est validée par l'examen nivoculteur du SNTF et par une attestation de compétences délivrée par le lycée. La préparation théorique s'appuie sur un important partenariat avec les stations de Valloire- Valmeinier- Aussois- Termignon, ainsi que l'OQPS Maurienne-Val d'Arly.

           Depuis septembre 2006, les élèves sont tous stagiaires de la formation continue et bénéficient d'un congé individuel de formation ou d'un contrat de professionnalisation. Le contrat de professionnalisation est d'une durée minimale ; elle est comprise entre 6 et 12 mois. Le coût de la formation est pris en charge par l'OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé) auquel adhère l'entreprise. La rémunération est fonction de son âge (ex : de 21 à 26 ans = 80% du SMIC) et l'employeur bénéficie, pour les jeunes de moins de 26 ans d'une exonération des charges patronales sur les rémunérations versées, dans la limite du SMIC.

           Après six années de fonctionnement nous savons que les stations apprécient les qualités de nos anciens élèves. Ces derniers sont maintenant intégrés à part entière au sein de l'exploitation et sont partiellement ou totalement responsables d'un parc d'enneigement.

 

Journée portes ouvertes le :
Samedi 10 mars 2018


autres sites du lycée : lycée Paul Heroult   -  sti2d-sin  -  bac-pro-sn.fr